Qu’est-ce que la Pédagogie Montessori ?

Maria Montessori

Maria MONTESSORI, figure emblématique de la femme en devenir du début du vingtième siècle, nait dans la deuxième moitié du dix-neuvième siècle, en 1870,  dans une petite ville provinciale des Marches,  en Italie.

 Elle sera dès de début du vingtième siècle docteur en médecine, licenciée en philosophie, psychologie et biologie. Jeune femme engagée dans son époque, elle participe activement à l’ardente campagne menée, non seulement en Italie, mais dans le monde entier, en faveur de la conquête des droits politiques et sociaux des femmes. Elle apporte au mouvement féministe une contribution active. Elle représentera l’Italie aux congrès féministes de Londres 1889 et de Berlin 1900.

Des débuts prometteurs : ses premières recherches, elle les fera auprès des enfants malades mentaux de la clinique psychiatrique de Rome. Là déjà elle avait perçu l’importance de la prise en charge de l’enfant et surtout de l’activité chez l’enfant. Au  Congrès pédagogique de Turin, en 1898, elle déclara au cours d’un exposé rendant compte de son expérience :

  « Les enfants déficients ne sont pas des hors-la-loi, ils ont des droits. Ils ont droit à tous les bienfaits de l’instruction. Nous devons permettre à ces malheureux de se réintégrer dans la société, de conquérir leur place et leur indépendance dans un monde civilisé retrouvant ainsi leur dignité d’être humain. »

  La « Pierre d’Angle » est posée et lorsqu’on lui confie la direction de l’école Orthophrénique de Rome, ses recherches vont s’enraciner dans les pas de deux grands médecins-éducateurs français qu’étaient J.G ITARD et E. SEGUIN.

Encore préoccupée d’instruction à cette époque, Maria MONTESSORI fera construire pour les enfants de l’école Orthophrénique, du matériel qu’ITARD et SEGUIN avaient élaboré pour les enfants déficients sensoriels. Il fera merveille puisqu’en peu de temps ces enfants seront capables de passer et de réussir brillamment les examens italiens sanctionnant la fin des études primaires.

 

De l’instruction des enfants déficients au développement du potentiel humain :

En 1906, le directeur de l’Institut romain des Biens immobiliers lui confie le projet de San Lorenzo : prendre en charge des enfants de trois à six ans, non scolarisés et laisser à eux-mêmes, de cette banlieue très défavorisée de Rome.
Le 6 janvier 1907, on inaugure la première « Casa dei Bambini ».
Maria MONTESSORI va faire de cette Maison des Enfants un véritable laboratoire de recherche pédagogique et elle ira de surprises en découvertes et de découvertes en élaboration de ce que l’on appelle aujourd’hui la pédagogie MONTESSORI.
La première découverte fut celle du phénomène de l’attention chez l’enfant comme première marche de sa construction psychique et au-delà de la socialisation de l’enfant : « Le premier chemin que l’enfant doit trouver est celui de la concentration et la conséquence de la concentration est le développement du sens social. » écrivait Maria MONTESSORI dans son livre l’Esprit Absorbant de l’Enfant. Sa seconde découverte sera celle des Périodes Sensibles chez l’enfant. Elles constituent des moments essentiels dans le processus d’humanisation de l’enfant.

 

Mais ce qu’elle a nommé elle-même sa réforme éducative ne s’arrête pas là, l’éducation doit être comprise comme une « aide à la vie » et l’école doit contribuer au développement du potentiel humain. Pour cela elle considérait l’enfant et donc l’Homme dans son unité physique et psychique et cette union des deux versants de la personnalité doit demeurer si nous voulons aider l’humanité à construire un monde meilleur.
Il s’agit alors pour Maria MONTESSORI de poser les bases d’une « nouvelle éducation » qui entend favoriser l’action et l’expression des énergies vitales les plus profondes.
En 1937, elle propose la fondation du Parti social de l’Enfant, car elle est convaincue que l’éducation peut devenir un facteur de paix si nous avons le souci du développement psychique de l’enfant.
Pour Maria MONTESSORI, la grande mission sociale consistant à assurer à l’enfant justice, harmonie et amour reste à accomplir. Cette tâche importante revient à l’éducation écrit-elle dans l’Éducation et la Paix, c’est notre seule façon de bâtir un monde nouveau et de construire la paix.
Montessori et la société d’aujourd’hui : 22 000 écoles Montessori dans le monde entier.

 

 L’école Graine à grandir a comme objectif la mobilisation la plus large possible autour de :
  • La Pédagogie Montessori,
  • Les arts-plastiques,
  • L’ouverture au monde via la vie du quartier.
La pédagogie Montessori a pour but de donner la possibilité à l’enfant de se développer et de s’éveiller à son rythme. Elle permet de penser et d’agir de façon indépendante, à prendre confiance en soi, à développer l’estime de soi et la sécurité intérieure. Ces maîtres-mots tendent vers la réussite et l’épanouissement scolaire futur : « aide-moi à faire seul ».

 

La Pédagogie Montessori en quelques phrases clefs

 « Aider l’enfant à s’épanouir sur le plan: physique, psychologique et social de manière individuelle et collective. »

              « Éveiller l’enfant aux préapprentissages et développer chez lui le plaisir d’apprendre et la curiosité. »

      « Rendre l’enfant responsable de lui-même, organisateur de ses projets et de ses activités »

                                        « Développer l’autodiscipline, la tolérance, le respect de chacun, du groupe, de l’éducateur, de l’environnement et du travail des autres. »

   « Développer la confiance en lui, l’estime de lui et sa sécurité intérieure. »

Le matériel Montessori est adapté à chaque étape du développement de l’enfant, par l’intérêt qu’il suscite. Il éveille au plaisir d’apprendre de découvrir. Chaque matériel a été étudié afin que les notions fondamentales se mettent en place de façon progressive et durable.

C’est pourquoi :
- chaque matériel est en exemplaire unique dans l’espace en libre accès.
- Il est mis à disposition des enfants dans le but de satisfaire leur intérêt et répondre à une motivation interne et profonde.
- les enfants ont la possibilité de l’utiliser autant fois qu’ils le souhaitent, afin de faire leurs propres expériences.

 

          - le matériel de Vie Pratique: il est composé d’objets permettant à l’enfant d’effectuer les gestes de notre quotidien(verser, transvaser, se laver les mains, s’habiller, prendre soin des plantes…). Ce matériel lui plaît beaucoup car il répond à son besoin d’imiter l’adulte et surtout d’avoir la liberté d’agir seul. Par la manipulation qui en découle, l’enfant acquiert de l’autonomie.

- le matériel Sensoriel: il permet à l’enfant de manipuler, de discriminer, de comparer et de percevoir des concepts abstraits matérialisés. Chaque matériel est unique et met en avant une caractéristique spécifique qui développe sa pensée. Par ses sens,l’enfant devient de plus en plus conscient de son corps et de l’environnement qui l’entoure. Par cette manipulation du concret, il retient facilement les concepts précis qui lui permettent d’enrichir son vocabulaire.

                 - le matériel de Langage: il est abordé par à oral et l’écrit, ce qui amène l’enfant à enrichir son vocabulaire, à préparer sa main au tracé en affinant son geste, à transposer un son à une forme. De manière simple et interactive, les enfants sont amenés à apprendre progressivement à écrire et à lire.

      - le matériel de Mathématiques: il est aussi sensorielpuisqu’il a été conçu pour passer du concret à l’abstrait (par exemple d’une quantité à un symbole). Par le jeu, l’enfant s’amuse à séparer, à partager, à compter : ce qui lui procure le plaisir de découvrir le monde des Mathématiques. Nous abordons avec ce matériel ludique et simple : la numération, le système décimal, la fonction des opérations et le passage à l’abstraction.

Extrait sur : la Pédagogie Montessori, site internet de L’institut supérieur Maria Montessori.

 

 « L’éducation comme une aide à la vie »
L’essentiel dans l’éducation, c’est le développement de l’être humain dans toutes les dimensions : physique, sociale et spirituelle.
Chaque enfant quel qu’il soit poursuit au milieu des autres, avec les autres son propre développement par sa propre activité suivant les lois intérieures de croissance.
Maria Montessori a proposé une pédagogie tenant compte des besoins des enfants à chaque stade de la croissance humaine.
Chacun a son propre potentiel qui se développera si on lui donne un environnement approprié si on respecte son histoire, sa personnalité propre et son propre rythme d’où l’importance de l’ambiance préparée soigneusement pour que l’enfant par des expériences répétées autant de fois qu’il le souhaite soit « acteur » de son propre développement. Il est donc important que l’enfant ait la liberté de mouvement et le libre choix des activités ce qui va permettre le développement de l’autonomie et de la responsabilisation.
Le concept « d’environnement préparé » est un concept complexe de la pédagogie Montessori. Il est constitué non seulement du groupe d’enfants et de l’éducateur, mais aussi de l’ambiance et du matériel pédagogique proposé.
Dans les écoles Montessori, l’environnement matériel est conçu, préparé et délimité pour chaque étape du développement afin de permettre à l’enfant d’accéder à une activité autonome.
Les étapes de développement physique de l’enfant sont maintenant bien connues et les milieux éducatifs en tiennent compte ; il en va tout autrement des phases du développement psychique. La manière dont nous répondons aux besoins psychiques et intellectuels est déterminante pour le développement de l’enfant, pour la prise de conscience de soi et la construction de la personnalité ainsi que pour la manière d’appréhender les événements, de modeler ses attitudes futures face à la vie, pour la formation de l’intelligence et l’élaboration du sens social.
L’enfant possède un esprit absorbant.
Il s’agit de cette forme d’intelligence particulière, propre au jeune enfant. Il a la faculté « d’absorber » tout ce qui l’entoure et de construire sa personnalité avec ce que lui offre et lui refuse son milieu.
Les manifestations extérieures de cette faculté sont des sensibilités particulières et passagères appelées périodes sensibles.
Chaque période sensible permet à l’enfant de se mettre en relation avec un aspect particulier de son environnement ; les acquisitions faites au cours de cette période se font dans l’enthousiasme.
La réponse éducative à l’esprit absorbant de l’enfant consiste en une aide indirecte à travers la préparation d’un environnement adapté à la taille et à la force de l’enfant l’invitant à l’auto activité à travers la mise à disposition du matériel de développement.
L’enfant peut donc choisir ses activités selon une motivation interne, profonde, qui correspond à ses périodes sensibles. Comme les enfants n’ont pas tous les mêmes besoins au même moment, la mise à disposition du matériel avec la possibilité de le choisir et de l’utiliser aussi longtemps qu’ils le souhaitent permet de satisfaire leurs intérêts. Ils continuent l’activité le temps nécessaire à la construction de l’intelligence selon le rythme propre à chaque enfant. Grâce à la possibilité qu’offre le matériel Montessori d’autocorrection, l’enfant, en s’exerçant régulièrement et en observant, focalise son attention et développe peu à peu sa capacité de concentration.
L’éducateur intervient avec justesse et discrétion, accordant son attitude de manière de plus en plus fine à l’enfant, au groupe ; il instaure un climat de confiance, de joie et de liberté.
L’enfant prend ainsi peu à peu confiance de son identité, il s’adapte de mieux en mieux à son environnement sur lequel il expérimente sa capacité d’agir positivement.
Pour permettre ce développement harmonieux, il est important que les enfants traversant les mêmes étapes fondamentales soient réunis dans un même espace. Dans les Maisons des Enfants et les classes élémentaires les enfants sont réunis par trois ans d’âge – 3/6 ans – 6/9 ans – 9/12 ans
La cohabitation favorise l’entraide, le respect mutuel et les échanges entre enfants. Cette communauté enfantine expérimente une vie sociale et pose les jalons pour la construction d’une vie sociale future bien comprise.

 

Les enfants doivent impérativement bénéficier d’un temps d’activité autonome (individuelle ou de groupe pour les plus grands) deux heures et demie à trois heures, chaque matin et chaque après-midi.
Ceci permet le respect du rythme de travail, la possibilité du libre choix de l’activité et la concentration de l’enfant dans son activité.
L’éducation considérée comme une aide à la vie débouche sur une éducation à la vie sociale harmonieuse.
Elle pose les fondements d’une société future consciente et responsable, capable de vivre dans la Paix.
*Comment tenir compte des besoins de l’enfant ?
(*extrait du document « L’Enfant Père de l’Homme », édité par Association Montessori de France)
Pour tenir compte des besoins de l’enfant il nous faut :
I. Reconnaître que toute l’énergie qu’il déploie dès sa naissance et au cours de son développement est consacrée à : la conquête de l’indépendance.
II. Reconsidérer notre attitude d’adulte vis-à-vis de l’enfant pour l’aider à acquérir son autonomie.
III. Remettre en question la notion que nous avons de l’éducation :
– Aider le développement naturel de l’enfant.
– Concevoir un « environnement préparé » qui soit favorable à l’épanouissement de ses facultés de création et d’adaptation.
Quel est le rôle de l’éducateur puisqu’il « n’enseigne » pas, et que les enfants apprennent « tout seuls »?
Le rôle de l’éducateur est de guider les enfants dans leur intérêt et de préparer l’environnement à cet effet.
Vu de l’extérieur, on serait tenté de penser qu’il ne fait rien ; en effet, au lieu de s’imposer, il s’efface au profit de l’enfant et du groupe, permettant à chacun d’exercer et de développer son esprit d’initiative et de décision.
Il sert de médiateur entre l’enfant et l’outil de travail (le matériel pédagogique), entre l’enfant et le groupe.
Sa présence n’est pas ressentie comme celle d’un juge, mais comme un être disponible pouvant apporter une aide : une réponse aux questions et aux difficultés que rencontre l’enfant au fur et à mesure de sa propre expérience.
Loin d’être passive, son attitude est celle d’un observateur attentif : en respectant le caractère, la personnalité et le rythme de chacun, l’éducateur tient en éveil chez l’enfant son besoin naturel d’auto – perfection.

 

Le matériel :
Le matériel Montessori dans son ensemble, constitue des aides au développement de l’enfant. Sa fonction principale est de permettre à celui-ci d’explorer le monde, de s’en saisir et de se construire.
Il est destiné au développement et au perfectionnement de l’activité motrice, sensorielle, intellectuelle et spirituelle de l’enfant.
Il doit impérativement être complet ; il ne peut être mélangé avec d’autres matériels pédagogiques ni utilisé isolément comme un jouet ni avec comme seul but l’apprentissage.
Développement de l’activité motrice
Les objets qui sont offerts à l’enfant sont attrayants par la matière, la couleur et l’harmonie des formes, mais la possibilité de maintenir avec intérêt son attention ne dépend pas tant de la qualité contenue dans les objets que des activités qu’ils offrent.
Dans cette optique, tous les objets ont été conçus par rapport à la taille de l’enfant, à sa capacité de les déplacer et de les manier sans besoin de l’aide de l’adulte, favorisant ainsi l’activité spontanée de l’enfant.
La présence de ces objets, mis en permanence à la disposition de l’enfant, sollicite sa curiosité et l’invite à les explorer, à les connaître selon ses goûts, son intérêt immédiat, selon son rythme : sa personnalité.
Développement de l’activité sensorielle
C’est donc au cours de cette période qu’il faut donner à l’enfant les moyens de développer son activité sensorielle, car au-delà de six ans, il s’orientera davantage vers des activités intellectuelles. Lorsque l’enfant atteint l’âge de sept ans, nous disons couramment qu’il a « l’âge de raison », cela ne veut pas dire qu’il devient « raisonnable » au sens « sage », mais que son développement psychique le prédispose à exercer sa faculté de « raisonner ».
Le matériel pédagogique proposé à l’enfant de trois à six ans a pour but de stimuler son activité sensorielle ; il lui permet, au fur et à mesure des exercices, d’apprécier avec de plus en plus d’acuité: la couleur, le son, la forme, la dimension, le poids, la température, le goût.
L’exercice le plus simple consiste à repérer les contrastes et les identités ; un exercice plus subtil permettra à l’enfant d’évaluer les nuances par gradation (pour une même couleur, par exemple, allant du plus clair au plus foncé).
Développement de l’activité intellectuelle
Dans toutes les disciplines, le matériel pédagogique permet à l’enfant de passer du simple au complexe, du concret à l’abstrait et de contrôler ses erreurs sans avoir recours à l’appréciation de l’éducateur.
Du concret à l’abstrait
Avec le support du matériel, l’élaboration et l’acquisition des connaissances de l’enfant passent par l’expérience concrète ; sa démarche est semblable à celle d’un scientifique: il procède par tâtonnement, par une succession d’essais et d’erreurs, avant d’arriver à la découverte de la « loi », de la « règle », du « théorème ». Au lieu d’apprendre par cœur, l’enfant découvre par lui-même et comprend le processus d’une opération. Il n’a alors plus besoin du matériel qui lui servait de support ; il est passé du domaine de l’expérience à celui de la pensée.
Le contrôle de l’erreur
Dans le domaine scientifique, tout résultat comporte une marge d’erreur ou d’incertitude: mais cette marge d’erreur étant mesurable et contrôlable, incite à de nouvelles recherches, et engendre toujours plus d’exactitude. Le calcul de l’erreur est donc tout aussi important pour la science que dans notre travail. Et c’est dans cette optique que le matériel pédagogique Montessori offre à l’enfant le contrôle de l’erreur d’une manière « visible » et « tangible ».

 Imprimer  E-mail

 

Copyright 2014 Graine à grandir, développé par JG Fougère